Centre International Prive pour Education et la Culture

Centre International Privé
pour l’Education et la Culture

Depuis/Since 1984

Domaine de Fontvieille - 505 route de Bouc-Bel-Air, Luynes - 13080 Aix-en-Provence - France - Tel +33 (0)4.42.60.84.25

LE BILINGUISME AU CIPEC MATINÉE DÉCOUVERTE AU CIPEC

  • fr
  • en
Ce champ est invalide
Ce champ est invalide

Philosophie

En créant le CIPEC et son école, nous avions l'ambition des pionniers, la conscience des réalités, la sagesse de l'expérience. Les années ont passé à vive allure, non sans difficultés, mais avec ce sentiment troublé - subtile alliance de l'appréhension et du ravissement - qu'éprouve tout géniteur passionné. Ce que nous avons réussi peut se lire sur le visage épanoui de nos élèves.

Ils aiment leur école parce qu'elle n'est pas un lieu d'enseignement traditionnel - austère, froid, sans âme -, mais un espace éducatif au sein duquel, il fait bon grandir - travailler, bouger, se détendre ; évoluer - sous l'oeil protecteur, toujours présent et attentif, d'adultes sereins, entièrement dévoués à leur tâche. C'est qu'en cette période de grandes turbulences - politiques, économiques, scientifiques, technologiques, culturelles ; éthiques -, la seule formation, aussi poussée soit-elle, en vue d'une qualification de haute qualité, est insuffisante. Il convient aussi d'apprendre à vivre, libre et heureux - dans le respect de la liberté et du bonheur de l'autre -, en état de mutation permanente. A cette fin, la progression en milieu international - tout en préservant sa propre identité - trace la voie d'un humanisme nouveau, empreint d'espoir.

Le caractère privé de notre entreprise souligne notre totale volonté d'indépendance - idéologique, spirituelle, pédagogique, financière. Nos structures et nos méthodes sont originales. Pourtant, nous refusons l'isolement des marginaux. Après et parmi bien d'autres, discrètement mais avec souffle, nous contribuons au projet de bâtir : L'ECOLE LA MEILLEURE POSSIBLE.

François-Patrice Pecnard


Au CIPEC l’enfant écoute, puis mime, suit la saveur d’une langue maternelle, sa poésie, l’humour de sa culture suivant le principe d’un lent processus d’imprégnation.

En effet, les jeunes enfants ont une souplesse qui leur permet d’imiter et d’assimiler avec facilité toutes les intonations des langues étrangères d’autant plus fondée sur un climat de confiance et de complicité unique avec les professeurs du CIPEC.

A l’école comme dans la famille plus tôt l’enfant aura été mis en contact avec une (ou deux…) langue étrangère à la sienne, moins il développera des blocages dans ses futurs apprentissages et plus il comprendra le jeu qui existe d’une langue à l’autre.

Pour créer chez l’enfant le désir de communiquer dans une langue étrangère, l’adulte doit lui-même exprimer son propre plaisir de découvrir cette langue avec lui.

Patricia Pecnard

LES SOURCES

C’est aux sources qu’il faut aller puiser l’espoir, là où l’enfant se construit. Ne le trompons pas. Confions lui notre culture en lui disant que la connaissance n’est jamais vaine et qu’il pourra, peut-être, en faire meilleur usage que ses aînés. Montrons lui la trace : avec Socrate, il forgera sa conscience morale ; avec Omar Khayyam, il découvrira la magie des nombres et de leurs combinaisons et, plus tard, saura discerner le bon grain de l’ivraie ; avec Montaigne, outre la sagesse apprise, il développera ses sens dont le plus subtil de tous qu’il donnera à sa vie... Adulte, ainsi bardé, il traversera les vicissitudes de cette dernière sachant en goûter les moments heureux, tout en tentant de contribuer à changer le méchant cours des choses.

LE BILINGUISME AU CIPEC

Lorsqu’au CIPEC, nous parlons de bilinguisme, nous ne disons pas seulement “qualité d’une personne qui possède deux langues”, mais essentiellement “qualité d’une personne qui, ayant reçu une éducation en deux langues, possède une faculté plurielle d’intégration”.
Certains doutent encore :

×